Connaissez vos droits pendant une pandémie

Pendant la pandémie du COVID-19, des travailleurs de la Colombie-Britannique sont mis à pied et souvent renvoyés chez eux sans salaire. Malgré tout le chaos, les travailleurs ont toujours des droits!

Après avoir entendu tant d’injustices sur les travailleurs en ce moment, nous avons mis au point un guide rapide pour vous aider à traverser tout cela.

Si vous êtes un travailleur syndiqué, vos droits peuvent être différents. Vérifiez votre convention collective ou parlez à votre représentant syndical.

Nous savons que c’est un parcelle d’informations et c’est un défi pour tout le monde. Si vous pouviez utiliser une sauvegarde, contactez-nous pour obtenir de l’aide!

Nous mettrons à jour cette page régulièrement et au fur et à mesure que de nouvelles informations seront disponibles, mais veuillez nous contacter si vous pensez qu’il manque quelque chose d’important.

Que doit faire mon employeur pour assurer ma sécurité au travail?

Trouvez toutes les informations à jour sur les protocoles que votre lieu de travail doit suivre sur le site Web de WorkSafeBC.

Voici quelques éléments requis:

  • Votre lieu de travail doit élaborer un plan de sécurité COVID pour réduire le risque de transmission COVID. Le plan doit être affiché sur le lieu de travail et doit expliquer comment votre employeur protège les travailleurs contre l’exposition au COVID 19.
  • Employeurs doit inclure les travailleurs lors de la création de leurs plans de sécurité pour s’assurer que les préoccupations des travailleurs sont entendues et prises en compte.
  • Votre employeur doit également suivre toutes les commandes pertinentes du Agent de santé provincial. Par exemple, l’agent de santé a ordonné que restaurants, cafés, bars, etc. ne doivent pas dépasser 50% de leur capacité habituelle de clients à la fois. Les groupes de clients ne peuvent pas dépasser 6 personnes et les tables doivent être espacées d’au moins 2 mètres. Le dernier mandat pour l’industrie de la restauration, des bars et de l’hôtellerie peut être trouvé ici.
  • Les employeurs doivent s’assurer que chaque travailleur effectue un contrôle de santé quotidien avant d’entrer sur le lieu de travail

Si vous travaillez dans un magasin de détail , votre employeur doit limiter le nombre de clients dans le magasin, créer un environnement où les clients peuvent pratiquer une distance physique sûre de 2 mètres (y compris la distance de vous!)

Retour au sommet

Qu’en est-il des clients malades?

  • Les clients présentant des symptômes doivent rester à l’écart du magasin. Bien sûr, cela est difficile à appliquer. Votre employeur peut installer des panneaux à la porte indiquant que les clients présentant des symptômes ne peuvent pas entrer.
  • Les employeurs devraient demander aux clients qui arrivent avec des symptômes de rhume, de grippe ou de type COVID de rentrer chez eux et d’utiliser un service de livraison à la place.
Retour au sommet

Mon employeur n’a pas de plan de sécurité COVID et je ne me sens pas en sécurité au travail. Que puis-je faire?

  • WorkSafe BC protège votre droit à refuser un travail dangereux lorsqu’il existe un danger excessif pour la santé et la sécurité du travailleur. Un danger excessif est tout ce qui comporte un risque «injustifié» ou «disproportionné».
  • Vous n’avez pas besoin de prouver que quelque chose est un danger indu, et vous n’avez qu’à avoir des «motifs raisonnables» de croire que c’est le cas;
  • Afin d’être protégé par le droit de refuser un travail dangereux, vous devez d’abord signaler la condition dangereuse à leur superviseur ou à leur employeur , qui est tenu d’enquêter et de le réparer immédiatement;
  • Si votre employeur ne résout pas le problème et que vous pensez toujours que les conditions ne sont pas sûres, vous pouvez lui dire ils sont obligés d’enquêter à nouveau sur la question en présence de vous et d’un autre travailleur. Si vous êtes syndiqué, ils doivent enquêter avec vous et un représentant syndical. Si le problème n’est toujours pas résolu, communiquez avec Worksafe au 1-888-621-7233. Un agent de prévention viendra enquêter. Votre employeur ne doit pas vous obliger à effectuer un travail dangereux pendant ce processus.
  • Si vous ne savez pas si ce que vous vivez constitue un milieu de travail dangereux, vous pouvez communiquer avec WorkSafe au 1-888-621-7233
Retour au sommet

🡪 Contactez-nous pour le soutien.

Appelez-nous au 1-888-482-1837 ou remplir ce formulaire.

Vous avez le droit de refuser un travail dangereux.

Et si j’ai des ennuis pour avoir refusé un travail dangereux ou pour avoir signalé mon lieu de travail?

Il est illégal pour votre employeur de vous pénaliser pour avoir soulevé un problème de santé ou de sécurité. Découvrez exactement quelles actions sont illégales ici.

  • Si vous êtes dans cette situation, vous pouvez déposer une plainte pour action discriminatoire auprès de WorkSafe.
  • Vous devrez parler à un agent de prévention, puis remplir un formulaire sur ce qui s’est passé. Ensuite, vous devriez avoir une réponse dans les 48 heures.
  • Les remèdes courants incluent la suppression d’éléments de votre dossier, le remboursement des arriérés de salaire que vous avez perdus et la restitution de votre emploi.
Retour au sommet

Et si je ne peux pas travailler parce que je suis malade?

body {
background-color: linen;
}

h1 {
color: maroon;
margin-left: 40px;
}

Si vous présentez des symptômes associés au COVID-19, vous devez vous auto-isoler pendant 14 jours et rester à la maison du travail. Les symptômes comprennent: maux de gorge, fièvre, éternuements, toux, perte de l’odorat ou du goût, essoufflement, maux de tête, nausées, vomissements ou diarrhée.

Congé maladie payé COVID-19

    • En vertu de la BC Employment Standards Act, les employés peuvent prendre jusqu’à 3 jours de maladie payés s’ils doivent rester à la maison en raison de COVID-19
    • Les jours de maladie payés s’appliquent, par exemple, si vous recevez un diagnostic de COVID-19, en attente des résultats du test COVID-19 , avoir besoin de s’isoler ou de se surveiller, de rester à la maison parce que votre employeur vous l’a demandé en raison d’une exposition sur le lieu de travail ou à la suite d’une ordre de santé publique
    • S’applique aux travailleurs à temps plein et à temps partiel
    • Une note du médecin n’est pas requise
    • *S’applique aux employés couverts par la Loi sur les normes d’emploi qui n’ont pas déjà un congé de maladie payé par l’employeur
    • Votre employeur doit vous payer votre salaire journalier moyen, calculé en divisant le salaire gagné au cours des 30 jours précédents par le nombre de jours travaillés. (y compris les jours de vacances que vous avez pu prendre, mais hors rémunération des heures supplémentaires ).
    • Commence le 20 mai et expire le 31 décembre 2021
  • Si vous n’avez pas de congé de maladie payé par votre employeur, vous pourriez être admissible à Prestation canadienne de rétablissement en cas de maladie (CRSB). Cela vous offre 500 $ par semaine (avant taxes) jusqu’à 4 semaines si vous ne pouvez pas travailler au moins 50 % de votre semaine de travail prévue parce que vous vous isolez pour l’une des raisons suivantes :

      • Vous êtes malade du COVID-19 ou pourriez avoir le COVID-19
      • Il est conseillé de s’auto-isoler en raison du COVID-19
      • Vous avez un problème de santé sous-jacent qui vous expose à un plus grand risque de contracter le COVID-19.

ET

      • Vous avez gagné au moins 5000 $ en 2019, 2020 ou dans les 12 mois précédant la date à laquelle vous avez présenté une demande d’assurance-emploi.
  • Si votre employeur vous renvoie à la maison pour cause de maladie, vous avez droit à un salaire journalier minimum de 2 heures. Par exemple, si vous arrivez au travail avec une toux et que votre employeur vous renvoie à la maison, vous devez être payé 2 heures de salaire à votre taux normal.
  • Vous avez droit à congé sans solde avec protection de l’emploi (par exemple, vous ne pouvez pas être viré) si:
      • Vous aidez une personne à charge à se faire vacciner
      • Vous avez reçu un diagnostic de COVID-19
      • Vous êtes en isolement ou en quarantaine à la suite d’un ordre ou d’une directive d’un organisme public (par exemple de l’officier de santé publique)
      • Votre employeur vous a ordonné de ne pas travailler parce que vous vous inquiétez de votre exposition aux autres
      • Vous ne pouvez pas travailler parce que vous vous occupez d’un enfant qui est à la maison en raison de la fermeture de l’école ou de la garderie
      • Vous êtes à l’extérieur de la province et ne pouvez pas revenir en raison de restrictions frontalières/de voyage
      • Vous êtes plus susceptible de contracter la COVID 19 en raison d’un problème de santé ou d’une maladie sous-jacente et vous recevez la Prestation canadienne de rétablissement en cas de maladie
      • Si les activités commerciales de l’employeur ont été suspendues ou interrompues au moment où le congé de l’employé prend fin, l’employeur doit se conformer au paragraphe 54(2) de la Loi sur les normes d’emploi lorsque les activités reprennent (il ne peut pas congédier un employé ou modifier une condition de son emploi sans autorisation écrite).
      • Ce congé est rétroactif au 27 janvier 2020(par exemple, si vous avez été congédié après cette date, vous devez être réintégré).
Retour au sommet

🡪 Nous croyons que les travailleurs devraient avoir des jours de maladie payés permanents et accessibles.

Si tu es d’accord, signer la pétition pour au moins 7 congés de maladie payés permanents!

Et si je contracte COVID-19 au travail?

Vous pouvez déposer une réclamation WorkSafe BC pour l’infection par le virus COVID-19 contractée en conséquence directe de votre emploi. Appelez WorkSafe au 1-888-967-5377.

Vous pouvez recevoir une compensation si deux conditions sont remplies:

  • Vous devez recevoir un diagnostic de COVID-19, OU avoir des preuves factuelles non médicales là où d’autres preuves établissent l’existence du COVID-19.
  • La nature de votre emploi créait un risque de contracter la maladie nettement plus élevé que le risque d’exposition ordinaire du grand public.
Retour au sommet

Que dois-je faire si j’ai été mis à pied ou si mes heures ont été considérablement réduites?

Tes droits

  • Si vous avez été congédié sans motif valable, vous pourriez avoir droit à une indemnité de départ si vous avez été employé pour sur 3 mois .
  • Si vos heures sont réduites au point où vous gagnez moins de 50 % de votre salaire hebdomadaire moyen , cela est considéré comme un licenciement. Si vous n’acceptez pas le licenciement, cela pourrait être considéré comme un licenciement par votre employeur et une indemnité de départ pourrait vous être due. Si vous acceptez une indemnité de départ, vous avez accepté qu’il s’agit d’une cessation d’emploi.
  • Votre employeur peut vous demander d’accepter la mise à pied et de signer une entente selon laquelle vous êtes en «mise à pied temporaire». Si vous acceptez la mise à pied, vous êtes toujours considéré comme un employé. Votre employeur doit vous informer à l’avance de votre retour au travail et vous donner un préavis raisonnable de votre date de retour.

Se faire payer

  • Contactez-nous pour obtenir de l’aide pour déposer une plainte auprès de la BC Employment Standards Branch si votre patron vous doit une indemnité de départ, un salaire impayé ou une paie de vacances.
  • Le montant du préavis ou de l’indemnité de départ qui vous est dû est calculé en fonction de la durée de votre emploi. Vous devez être employé depuis au moins 3 mois.

Si vous avez été mis à pied de façon permanente et que vous n’êtes admissible ni au SCRB ni au CRB, vous pourriez être admissible à L’assurance-emploi:

    • Vous pourriez être admissible si vous avez travaillé au moins 120 heures assurables au cours des 52 dernières semaines et si vous n’avez pas quitté votre emploi volontairement.
    • Si admissible, vous recevrez au moins 500 $/semaine avant taxes
    • Postuler en ligne
Retour au sommet

Que faire si je dois rester à la maison après le travail pour m’occuper d’un membre de ma famille malade ou de mon enfant qui ne peut pas aller à l’école?

Tes droits

  • Vous avez maintenant le droit de congé sans solde avec protection de l’emploi (par exemple, vous ne pouvez pas être licencié) si vous avez besoin de temps libre pour prendre soin d’une personne à charge pour une raison liée au COVID-19 (y compris les fermetures d’écoles et de garderies)
  • En général, vous avez jusqu’à 16 semaines de congé sans solde pour vous occuper d’un membre de la famille gravement malade de plus de 19 ans et 36 semaines pour un membre de la famille de moins de 19 ans.

Se faire payer

Retour au sommet

Et la santé mentale? Quel soutien existe-t-il?

Le gouvernement de la Colombie-Britannique élargit le soutien en ligne gratuit et accessible en matière de santé mentale. Voici une liste de programmes auxquels vous pouvez accéder.

Veuillez également nous contacter au info@workersolidarity.ca pour en savoir plus sur nos services de counseling enregistrés (Zoom) gratuits pour les travailleurs précaires et non syndiqués qui ne bénéficient pas d’avantages sociaux suffisants pour les soutenir.

Retour au sommet

Recevoir un soutien financier

La Prestation canadienne d’urgence est maintenant fermée (voir «Prestation de rétablissement de la Colombie-Britannique» ci-dessous). Cependant, vous pourrez peut-être demander une aide rétroactive si vous avez subi une perte d’emploi pendant 14 jours ou plus en raison du COVID-19 et que cette perte d’emploi s’est produite entre le 19 décembre 2019 et le 3 octobre 2020. Découvrez si vous êtes éligible à une assistance rétroactive ici .

Retour au sommet

Le BC Recovery Benefit

Le gouvernement de la Colombie-Britannique verse un paiement unique pouvant aller jusqu’à 1 000 $ pour les familles et les parents seuls admissibles, et jusqu’à 500 $ pour les particuliers. Appliquer ici avant le 30 juin 2021.

Retour au sommet

Prêts étudiants

À compter du 1er octobre 2020, le gouvernement du Canada introduira un nouveau Congé médical et parental pour les étudiants prendre un congé temporaire de ses études pour des raisons médicales ou parentales, y compris des raisons de santé mentale. Il offre sans intérêt et sans paiement pendant des périodes de six mois, jusqu’à un maximum de 18 mois consécutifs.

La bourse canadienne pour étudiants à temps plein augmentera jusqu’à un maximum de 6 000 $ et la subvention pour les études à temps partiel à 3 600 $. Les subventions canadiennes aux étudiants pour les étudiants ayant une incapacité permanente et les étudiants ayant des personnes à charge seront également doublées.

Retour au sommet

Emplois et stages verts

Si vous êtes intéressé ou entreprenez actuellement des études dans un domaine STEM, vous voudrez peut-être postuler pour un stage éco. Dans le cadre du programme de relance économique COVID-19, le gouvernement canadien a financé la création de 500 stages, en particulier pour ceux qui vivent dans les régions rurales et éloignées. Cliquez sur le lien ci-dessus pour en savoir plus.

Retour au sommet

Les pourboires comptent-ils comme un revenu pour l’assurance-emploi?

Toi mai être en mesure d’inclure les pourboires comme rémunération assurable lorsque vous présentez une demande d’assurance-emploi. Cela dépend si vos conseils sont des “conseils contrôlés” ou des “conseils directs”

  • Conseils contrôlés: pourboire qu’un employeur contrôle ou possède et paie à l’employé. (par exemple, pourboires attribués aux employés utilisant un piscine basculante , une formule de partage des pourboires déterminée par l’employeur, ou l’employeur ajoute des frais de service obligatoires à la facture d’un client pour couvrir les pourboires)
  • Conseils directs: les pourboires sur lesquels un employeur n’a aucun contrôle. (par exemple, un client laisse un pourboire et le serveur conserve le montant total, ou lorsque les employés et non l’employeur décident comment les pourboires sont mis en commun ou partagés). Pour plus d’exemples, consultez le Politique de l’ARC conseils contrôlés vs directs.
Retour au sommet

Congé payé de 3 heures pour la vaccination COVID-19

  • En vertu de la BC Employment Standards Act, les employés peuvent prendre jusqu’à 3 heures de congé payé pour recevoir chaque dose de leur vaccin COVID-19 (rétroactif au 19 avril 2021). Si besoin, vous pouvez prendre un congé payé supplémentaire pour une deuxième dose.
  • S’applique aux travailleurs à temps plein et à temps partiel, peu importe depuis combien de temps vous êtes employé
  • Qui paye? Votre employeur est tenu de vous payer les 3 heures si vous devez partir ou interrompre votre journée de travail pour vous faire vacciner
  • Un employeur ne peux pas vous demander une note du médecin ou une preuve que vous avez reçu un vaccin. Ils peuvent vous demander un justificatif de rendez-vous de vaccination
  • Si vous aidez un enfant ou une personne à charge à se faire vacciner, vous avez droit à non payé congé protégé pour le faire
Retour au sommet