Nous nous organisons pour la protection de l’emploi en Colombie-Britannique

La peur de perdre du travail est un obstacle pour ceux qui, autrement, pourraient défendre leurs droits lorsqu’ils sont victimes d’injustice.

Rejoignez notre campagne menée par les travailleurs! Avec votre contribution, nous façonnerons ensemble nos demandes en réclamant une meilleure législation sur la protection de l’emploi pour les employés de toute la Colombie-Britannique.

Même avant les fermetures liées au COVID, les travailleurs de la Colombie-Britannique ont été contraints de se battre avec un système qui leur offre peu de défense contre un licenciement injuste. En vertu de la Loi sur les normes d’emploi, les employés peuvent être licenciés légalement sans motif valable à tout moment. Lorsque les plaintes des travailleurs font finalement l’objet d’une enquête officielle après avoir attendu plus d’un an pour être entendues, il est alors tout simplement trop tard. Lorsque vous avez été congédié et que vous êtes vulnérable, vous vous concentrez sur la difficulté à trouver un autre emploi, et non sur la recherche d’un soutien juridique ou le dépôt d’une plainte pour un résultat incertain et retardé.

Les employés de la Colombie-Britannique dont le revenu est inférieur au salaire décent sont parfaitement conscients de la façon dont ils sont remplaçables aux yeux de leur employeur, ce qui les oblige à accepter les mauvais traitements comme la norme et les empêche de parler des problèmes au travail.

Dans de nombreux cas, les travailleurs ne peuvent tout simplement pas se permettre de risquer des représailles de l’employeur. Le terme “ rénovation ” étant désormais courant sur un marché locatif coûteux, les travailleurs ne peuvent tout simplement pas se permettre de défendre leurs droits au travail si cela signifie risquer leur sécurité financière et leur capacité à payer un loyer.

Le WSN a entendu d’innombrables craintes de la part des travailleurs de ne pas vouloir «causer des problèmes» en se dressant contre des questions telles que la discrimination, le harcèlement ou les salaires impayés. Nous avons même entendu des travailleurs qui ont été renvoyés à l’improviste par SMS, pour des raisons telles que ne pas «s’adapter à l’ambiance» et «avoir l’air fatigué». Lorsque nous amplifions les histoires de chacun, cela brosse un tableau plus complet de l’état des droits des employés en Colombie-Britannique.

Mais grâce à une action collective et à un plaidoyer dirigé par les travailleurs, le WSN continuera de veiller à ce que les droits des travailleurs de toute la Colombie-Britannique soient protégés. Restez à l’écoute pour en savoir plus au fur et à mesure que notre campagne se développe et rejoignez notre combat alors que nous prenons position contre les licenciements injustes et la précarité de l’emploi!